>>>> PRESENTATION <<<<  
 
Ait Bimoune est une région Kabyle située dans la commune de Boukhelifa (ex commune de Djoua) à 7 Km du chef lieu de wilaya de Bgayet (ex Bougie) Algérie.
Elle s'étend sur une superficie d'environ 82Km2, limitée par la méditerranée au nord, la commune d'Amizour au sud, la commune de Tichy à l'est et par Tala hamza à l'ouest...


 
  >>> CARACTERISTIQUES <<<  
 
Ait Bimoune s'étend sur un périmètre de 82 Km² pour une population d'environ 22000 habitants.
Son relief est constitué d'une côte de 7 Km sur ma mère méditerranées et d'une succession de montagnes et de collines entrecoupées par des sites naturels exceptionnels...

 
  >>>>> DOCUMENTS <<<<<  
     
 
  Minute du rapport du gouverneur général d'Algérie au ministre de la guerre sur la tribu des Beni Mimoun
Hommage aux Charboniers
Liste des 59 villages d'Ait Bimoune
Communiqué
P.D.A.U. Inter communal
     


 

Comme témoigne la récente découverte d'une pierres à Ifoughalene contenant des écritures libyques qui remontent à 3000 ans avants Jésus Christ l'origine d'Ait Bimoune est lié à celle des tous les berbères. Ci-joint un résumé de notre amis  Mohandt Ait Ighil.

<< L'histoire des Berbères remonte à 10 000 ans avant Jésus Christ. Ce n'est pourtant qu'au temps de l'Egypte ancienne que sera fixé l'an zéro du calendrier berbère. Il correspond à la date où le roi Chacnaq 1er (Sheshonq) fût intronisé pharaon d'Egypte. Ce roi berbère avait réussit à unifier l'Egypte pour ensuite envahir la Palestine. On dit de lui qu'il s'empara des trésors du temple de Salomon à Jérusalem. Cette date est mentionnée dans la Bible et constitue par là-même, la première date de l'histoire berbère sur un support écrit.

Les travaux des paléontologues et historiens démontrent sans équivoque que les Berbères étaient présents en Egypte depuis sa constitution. Nous retrouverons ensuite des inscriptions libyques sur la pierre de rosette. Des tifinaghs récents qui remontent au moins au Ve siècle avant notre ère, date du mausolée d'Abelessa. Les Imazighen Mashaouash, Libous orientaux de Cyrénaïque étaient en contact direct avec les l'Egypte ancienne. En 1200 avant J.C. la civilisation libyque avait même bouleversé l'équilibre de la Méditerranée orientale en envahissant l'Egypte. C'est à cette époque que le Berbères inventèrent une roue inconnue jusqu'alors et apprenaient aux Grecs à atteler quatre chevaux.

A la fin de la XXIème dynastie égyptienne, Sheshonk (Chachnaq 1er), grand chef militaire des Mashaouash, obtint du Pharaon Siamon, dont l'armée était en grande partie composée d'Imazighen, l'autorisation d'organiser un culte funéraire pour son père Namart, un privilège exceptionnel.

A la mort de Psossenes II en 950 av. JC qui avait succédé à Siamon, Sheshonk s'attribua la dignité royale et fonda la XXIIème Dynastie qu'il légitima en mariant son fils, Osorkon, la fille de Psoussens II, la princesse Makare et installa un autre de ses fils comme grand prêtre d'Amon Thbes.

Sheshonk établit sa capital Boubastis, installa les hommes de sa tribu dans des terres du delta du Nil et leur constitua des fiefs.

Une nouvelle féodalité prit pied en Egypte. L'an zéro amazigh se réfère donc à cette date historique de 950 av. JC ou Sheshonk fut monté sur le trône et fonda la XXIIème Dynastie.

Les Imazighen fêtent aussi la nouvelle année qui correspond au 1er jour du mois Yennayer, soit le premier jour du calendrier julien. Le calendrier actuel est le calendrier grégorien>>.

Mohand AIT IGHIL

A L'origine Ait bimoune est constitué de trois grandes famille qui sont Iaamaren, Ait Ouaret, Ait Ziane.

Le nom de Djoua à été donné au douar d'ait Bimoune en référence à sa montagne dans le point culminant est 1005M et à sa situation au centre d'Ait Bimoune.

L'histoire d'Ait Bimoune est très liée à celle de Bgayet, les français témoignent qu'il n'ont pas accédés facilement à cette région . << SOUS LA DOMINATION TURQUE , LES BENI-MIMOUN NE SE SOUMIRENT QU'APRES UNE RESISTANCE ACHARNEE ET SE REVOLTERENT A DIVERSES REPRISES ; LORS DE L'OCCUPATION DE BOUGIE, ILS NE CESSERENT, JUSQUEN 1847, D'INQUIETER LA GARNISON >>. (Rapport de 1868 à napoléon III )

Au plan économique, Ait Bimoune à l'instar des régions kabyles, est pauvre. Bien avant l'arrivée des français la culture de la figue, de l'olive ainsi que la fabrication de charbon constitue les seules richesses.

La nature montagneuse de ses terres ne permet pas d'autres cultures notamment les céréales, sauf quelques parcelles de quelques hectares sur la cote maritime, le plateau de Tslata jusqu'à Barkat sur lesquelles quelques familles cultivaient de l'orge qui est destiné à leur propre consommation et celle leur animaux.

La pêche et la construction des bateaux de pêche, étaient l'une des spécialité des habitants de la partie base ou le coté maritime.

La misère a très tôt poussé les fils du village à l'exile vers la France bien avant la deuxième guerre mondiale pour aller travailler d' abord dans les mines pour extraire du charbon et d'autres minerais et ensuite dans les usines de montage automobiles et par la suite dans le bâtiment pour reconstruire la France de l'après guerre.

Comme tous les Imazighene (Hommes Libres) Ait Bimoune tienne à leurs liberté, ils opposent une résistante farouche au colons.

Pendant la guerre de libération nationale Ait bimoune en payer chère l'indépendance de notre Algérie.

A l'instar d'akfadou au Djurdjura, la montagne dite Adrar El Hit du village qui porte son nom est témoins de cette période glorieuse de notre histoire.

Une dizaine de villages fut bombardés par l'ennemi en reposte aux engagements de leurs habitants.

Les séquelles de la guerre sont apparentes dans chaque village, et dans chaque famille.

Après l'indépendance du pays en 1962 , la vie quotidienne des villageois n'avait guère changé, les espoirs nés de l'indépendance ont vite laissé place à la désolation. Le mouvement d'émigration s'est accentué et organisé par l'état la fin des années 60 et début des années 70.Chaque famille a vu partir un des leurs laissant femmes et enfants .Le regroupement familial autorisé en 1976 a permis à certaines familles de partir définitivement en France.

La politique de développement prônée par le pouvoir central a crée un autre phénomène celui de l'exode rural, ou ce que l' on peut appeler l'émigration intérieure", l'industrialisation de l'Algérie post indépendance a permis à beaucoup de paysans de quitter leurs terres et aller chercher du travail dans les grandes villes du pays notamment Bgayet et Alger.

      
© Copyright 2007 • Tidukla n'Tudrine n'Ait bimoune - Djoua - • Tous droits réservés.